Archives du mot-clé sculpture

 

 _______________________________________

 RUE SAINT-GILLES(LAVEU), SOUS L’AUTOROUTE E 25

Année Académique 2013-2014.

Jonathan Voleppe

Finalité Master sculpture & art public.

ESAL / Ville de Liège.

photo montage II

stenopé

Rue Saint-Gilles (Laveu), sous l’autoroute E25

  

L’imposante autoroute surplombe l’ensemble du site et file au-dessus des rues et des rails de chemin de fer. Sa dimension monumentale lui confère la majesté d’un temple.

Le silence qu’inspire le lieu est cadencé par le passage du train et des voitures en musique de fond.  L’énergie provenant de cette agitation est amplifiée par le poids du géant de béton qui domine. La masse écrasante contribue à nous inclure dans l’effervescence, on se laisse porter au rythme des colonnes par la perspective, comme si l’on était pris malgré nous dans le flux de voyageurs. 

Malgré l’exaltation du mouvement perçu de tous les côtés, il y a à cet endroit une impression troublante de calme. La tension de l’imposante autoroute joue un rôle oppresseur qui cadre les effusions de vitesse. 

Le projet d’intégration consiste en une colonne aménagée sur le plus haut palier du site. Elle interpelle directement par sa matérialité physique improbable. Cet objet, généralement fonctionnel, est complètement démis de sa fonction de soutien. La colonne est inclinée, figée, comme si elle amorçait une chute inexorable et vient souligner le trouble ressenti par le défi gravitationnel de l’autoroute. 

La colonne, par son aplomb précaire, propose une réflexion sur l’architectonie du paysage urbain. Ces lieux perdus, créés par deux buildings au coin d’une rue, par un tunnel ou dans le cas présent une autoroute, engendrent des espaces incongrus, insolites, où l’on ne fait plus que passer, sans les regarder. Les non-lieux qui découlent du découpage urbain ou des infrastructures autoroutières, souvent inexploités deviennent des zones de création, pour l’art de rue, mais aussi des surfaces très intéressantes pour imaginer et réinventer les espaces.

Par sa façon de casser la dynamique des verticales et des horizontales et par les sensations qu’elle dégage, la sculpture ouvre une discussion sur nos impressions sensibles de l’espace.  

 

JonathanVoleppe

dessin autoroute 4

photo montage I

photo montage IIII

photo reportage I

photo reportage II

maquette V

maquette III